Histoire de BAPHOMET

Histoire de BAPHOMET

Les Satanistes, en particuliers ceux de l’église de Satan, ceux qui étudient la sorcellerie ou l’occultisme connaissent la figure du Dieu à tête de chèvre. Mais depuis plusieurs décennies, ce personnage mythologique est, également, connu par un plus large public. Internet et la médiatisation du Satanisme Laveyen ont permis a la figure de Baphomet d’être connu, parfois mème porté, par un public moins spécialiste.

Malheureusement, sans savoir sa réelle signification. Dans cet article, l’Autel de Satan va t’apporter les informations nécessaires en 16 points pour connaître l’histoire de ce mythe. Ses diverses interprétations. Son utilisation par des sectes cabalistiques ou mème des sociétés secrètes au cours des siècles. Son histoire remontant à presque 1000 ans, ses interprétations sont diverses. Passant par la philosophie catholique, islamiste, wicca, satanique et mème franc-maçonne. 

 

DECOUVRE LES MEILLEURES TOILES DE BAPHOMET ICI

 

1- Premières apparition de Baphomet au XII ème siècle :

Cette image à tête de chèvre est considérée par beaucoup comme la véritable représentation du dieu/déesse androgyne BAPHOMET. Les étudiants en sciences occultes et en histoire des croisades connaissent également l’histoire controversé de Baphomet et des "Templiers". Ces moines guerriers qui s'engagèrent à protéger les pèlerins chrétiens sur leur chemin vers et depuis le Moyen-Orient occupé. L'Ordre des Templiers a été dissous après avoir été accusé de vénérer la mystérieuse divinité connue sous le nom de "BAPHOMET". Comment cette étrange divinité a-t-elle été associée à un ordre chrétien de moines guerriers qui ont été accusés d'hérésie et dissous au XIVe siècle et, mème, au culte des sorcières en Europe ?  

 

2- Que furent les Templiers ? 

L'Ordre des Templiers a été fondé en France en 1118 après la première croisade. Pendant près de 200 ans, le pouvoir des Templiers s'est accru jusqu'à ce qu'ils deviennent l'un des ordres les plus riches et les plus influents d'Europe et du Moyen-Orient. En plus de leur prééminence matérielle et politique, les Templiers jouissaient également d'un statut spécial au sein de l'église. En matière religieuse, l'ordre n'était responsable que de sa propre autorité et de celle du Pape. Cette autonomie a peut-être permis aux Chevaliers d'enquêter librement sur les philosophies gnostiques, soufies et autres philosophies hérétiques. Philosophie et spiritualité qu'on leur reprochera d'embrasser. Les Chevaliers ont d'abord obtenu la gloire de leur ordre par leurs prouesses martiales et leur sauvagerie, excellant dans les ravages, les viols et les meurtres de leurs ennemis. Cependant, après un certain temps, les Chevaliers ont découvert qu'il était plus rentable de faire des opérations bancaires pour les pèlerins, et, de conclure des traités avec les musulmans que de faire la guerre. Ils sont donc devenus extrêmement riches et puissants.  

 

3-La chute des Templiers :

Aucune certitude que les Templiers aient adopté des idées hérétiques, mais les accusations étaient bienvenue pour ceux qui auraient pu bénéficier de leur suppression. L'un d'entre eux était le roi de France Philippe IV, qui devait une somme considérable aux chevaliers. Si Philippe pouvait faire dissoudre l'ordre par le pape, non seulement cela effacerait sa dette, mais il pourrait également saisir pour lui-même les possessions des Templiers en France. Des espions au service de Philippe furent infiltrés dans l'Ordre afin de recueillir des preuves qui seraient utilisées, avec le témoignage d'un ancien Templier aigri, pour monter un dossier contre les chevaliers. Les Templiers ont alors été accusés de toute une série d'accusations. Notamment d'homosexualité, d'hérésie et de profanation d'objets chrétiens. Mais l'allégation la plus litigieuse était que les Templiers vénéraient une idole connue sous le nom de BAPHOMET.

 

 

4-Les Templiers et Baphomet :

Les premières descriptions de BAPHOMET données par les chevaliers étaient simplement une tête, très probablement humaine, ayant une barbe. Cependant, à mesure que les interrogations se sont intensifiées par la torture, les descriptions de BAPHOMET sont devenues de plus en plus fantastiques et bizarres. Parfois, l'idole était décrite comme une tête monstrueuse, ou un Démon sous la forme d'une chèvre. Parfois comme une figure avec une tête de chèvre et un corps composite de chien, d'âne et de taureau. Certains disaient que c'était une tête horrible avec un bec et des yeux brillants, d'autres encore disaient que c'était un crâne humain ou qu'elle avait deux ou trois visages. Certains récits affirmaient que l'idole était en bois, d’autres en métal. Certains récits ont dit que l'idole avait un corps de chèvre, d'autres sont assez vagues. De nombreuses confessions décrivent la tête en détail, elle était couronnée d'une paire de cornes et entre les cornes se trouvait une torche flamboyante. Sur le front du visage du bouc se trouvait, dit-on, un pentagramme avec un point en haut.  

 

5-L’image de Baphomet actuel créée au XIX ème siècles :

L'illustration de "BAPHOMET" par le magicien du XIXe siècle Eliphas Levi est la représentation la plus populaire et la plus connue de cet archétype parmi les occultistes modernes. Il semble s'agir d'une image crée grâce aux descriptions faites pendant les procès des Templiers. Illustration également basée sur une image trouvée sur un bâtiment qui aurait appartenu aux Chevaliers (la Commanderie de Saint Bris le Vineux) et sur des idées alchimiques et hermétiques. L'image trouvée à Saint Bris serait celle d'un personnage barbu et cornu avec des seins de femme, des pieds et des ailes fendus. L'illustration de Levi de "BAPHOMET" montre une figure humaine à tête de chèvre assise en tailleur sur un autel cubique.

Entre ses cornes une torche brille. Cela veut dire que c'est la flamme de l'esprit.  Sur son front il y a un pentagramme vertical. Pentagramme qui représente l' équilibre tous les éléments en son sein. Une main de la figure pointe vers le haut un croissant lumineux, l'autre pointe vers le bas un croissant sombre. Ce signe veut dire qu'il y a un équilibre entre la lumière et l'obscure. Sur les avant-bras est inscrite la formule alchimique "SOLVE COAGULA" (se dissoudre et se reformer). Le haut du corps est celui d'une femme à la poitrine pleine représentant la maternité, l'éducation et l'abondance. Sur les épaules de l'image, une paire de grandes ailes noires jaillit, représentant l'intellect, les royaumes aériens et leurs habitants. L'estomac révèle les écailles d'un poisson, une allusion aux créatures des profondeurs de l'inconscient et de la mer maternelle, d'où toute vie est née. Les membres inférieurs de BAPHOMET sont voilés d'un tissu . De ce tissu s'élève un bâton enlacé de serpents jumeaux, l'un sombre et l'autre clair. D'un côté, c'est un symbole de la sexualité masculine, de l'autre, c'est le magicien qui a uni les contraires polaires en un. Les serpents représentent, également, la régénération et la connaissance des mystères cachés du monde souterrain. Deux sabots fendus sont présents au niveau inférieur du voile et symbolisent, comme la tête de chèvre, la puissance de l’univers animal. Pris dans son ensemble, l'image de BAPHOMET représente le monde naturel, la puissance et l'esprit qui informent ce monde. Et l'Adepte qui a appris à harmoniser ces énergies au sein de son propre être.  

 

6-Baphomet, un lien avec Mahomet et l’Islam ? 

Selon certains historiens, BAPHOMET est le "vieux français" de Mahomet ou Muhammad, le prophète de l'Islam. L'auteur Peter Prentice cite une vieille chanson française du Troubadour qui mentionne "BAFOMETZ" comme le Dieu de l'Islam. Cependant, l'Islam interdit expressément la fabrication et le culte des idoles et, contrairement aux chrétiens qui ont une interdiction similaire, l'interdiction islamique était et est toujours rigoureusement respectée. Si BAPHOMET est une conversion de Mahomet et que les Templiers vénéraient vraiment ce Prophète, il doit s'agir d'une branche peu tolérée de cette foi. Dans les pays qui embrassent l'Islam, il existe un certain nombre d'écoles de pensée philosophiques/mystiques connues sous le nom de soufisme. De nombreuses écoles soufies sont assez orthodoxes dans leurs croyances et leurs pratiques. Mais il en existe d'autres qui sont plus libre dans la pratique de leur religion. Plusieurs auteurs décrivent des groupes soufis qui utilisent une imagerie qui présente une certaine similitude avec le BAPHOMET à tête de chèvre.  

 

7-Baphomet: un symbole ésotérique et cabalistique Islamique ?

L'un de ces groupes, décrit par Idries Shah (historien), est celui des derviches ( Religieux d'une mystique musulmane ) "Maskhara". Egalement connus sous les noms de "Révélateurs" et de "Sages". Leur chef était connu sous le nom d'Abu el-Atahiya et il était membre de la tribu bédouine des Aniza. Aniza veut dire chèvre et el-Atahiya a été adoré des "Revellers" avec le symbole d'une torche brûlant entre les cornes d'une chèvre. Après la mort d'Atahiya, un groupe de ses disciples a migré vers l'Espagne maure. Il y a eu alors plusieurs écoles cabalistiques et ésotériques qui ont été créé dans cette Espagne conquise. Les pratiques des "Revellers" auraient facilement pu être diffusées dans le reste de l'Europe. Si les pratiques des "Revellers" étaient transposées dans d'autres parties de l'Europe, elles auraient pu s'intégrer à des traditions indigènes similaires. Cependant, l'image d'un Dieu à tête d'animal ou à cornes, avec une lumière ou une torche entre ses cornes, est beaucoup plus ancienne que celle des "Revellers". Certaines des premières représentations de Baphomet remonterait au culte pré-indoeuropéen de Shiva dans l'Inde ancienne. Ce symbole rappelle le disque solaire cornu porté par de nombreuses divinités de l'Égypte ancienne, la torche étant une représentation du disque.

Doreen Valiente ( Historienne ) pense que les bédouins d'Aniza se sont nommés de la sorte pour rendre hommage à l'un des dieux à cornes du Maghreb d'avant l'islam. Les adeptes du Maskhara d'el-Atahiya auraient adopté le symbole des cornes et de la torche, non seulement pour honorer leur chef spirituel, mais aussi en raison de la signification ésotérique plus ancienne. Ces mystiques, connus sous les noms de "Révélateurs", "Sages" et "Derviches du Maskhara", ont donné leur nom à la "mascarade" et au "mascara". En raison de leur pratique de la danse avec des masques d'animaux et des visages noircis. La signification du visage noirci peut être liée à la connexion occulte entre les concepts de noir et de sagesse. Ces deux mots sont similaires en arabe et sont utilisés comme synonymes dans certains enseignements occultes. C'est peut-être pour cette raison, plutôt que pour l'association chrétienne avec le mal, que la magie est appelée "Black Art". Si les maskhara font ou faisaient partie du corps de l'Islam, le culte auquel Arkon Daraul fait référence dans son livre "A History of Secret Societies" en tant que "Dhulqarneni" ou "Deux cornes" a été beaucoup moins toléré. Les responsables islamiques ont tenté de supprimer ce culte, mais il est devenu très populaire et existe probablement encore aujourd'hui.  

 

CHOISIS TA BAGUE BAPHOMET PARMIS LES MEILLEURES DU MOMENT

 

8-Baphomet apporté par le soufisme aux sorcières Européennes ?

Les rapports sur les rites des Dhulqarneni ou "Deux cornes" ont de nombreux points communs avec les croyances sur la sorcellerie européenne. Ils dansaient en cercle afin d'augmenter leur pouvoir magique, leurs rites étaient, dit-on, associés au culte de la lune et ils récitaient des prières islamiques à l'envers. Ils invoquaient un être appelé El Asward, "l'homme noir", pour les aider dans leurs rites. Les femmes et les hommes appartenaient au "Dhulqarneni" ou "Deux cornes" et recevaient une petite blessure causée par un couteau rituel qu'ils appelaient Adh-dhane, la "lettre de sang". Comme les légendaires sorcières d'Europe, "les deux cornes" se rencontraient la nuit. Ces rencontres étaient appelées Zabbat, ce qui se traduit par "l'occasion puissante ou forcée". Le cercle des initiés Dhulqarneni était connu sous le nom de "Kafan", le "drap enroulé". Apparemment parce qu'on ne portait qu'une robe blanche sans sous-vêtements.

Comme pour l'assemblée des sorcières, le Dhulqarneni Kafan était aussi un cercle de douze personnes plus un chef. Le chef était appelé El-Asward, l'Homme noir. La tradition sorcière européenne parle également de cercles dirigés par "l'homme en noir". Le terme "Sabbat" utilisé pour décrire la réunion des sorcières est d'origine incertaine et bien que le terme "coven" vienne du mot latin pour réunion, la similarité des mots arabes et européens, tant dans le son que dans le sens, est remarquable. L'existence de ces cultes mystérieux ressemblent beaucoup aux sorcières Européennes. Mais cela ne prouve pas que les Templiers aient été influencés par ces philosophies cabalistiques. Les similitudes entre le symbolisme de ces groupes et les symboles associés aux cultes de sorcières d'Europe occidentale et à BAPHOMET sont suggestives. Il se peut qu'il y ait eu des contacts ou des emprunts entre ces groupes. Il se peut qu'il y ait eu une source commune dont ces groupes sont issus. Il se peut que ceux qui recherchent des preuves du culte des sorcières ( ancien et moderne ) aient recueilli des informations qui, bien que similaires en apparence, ne sont reliées que par le désir des enquêteurs de percevoir un tel lien.  

 

9-Baphomet, une clé pour le royaume astral ?

Du point de vue du magicien praticien qui souhaite accéder aux pouvoirs occultes de l'archétype de la sorcière, il existe une autre possibilité. Beaucoup de sorcières pensent que la véritable source de leur art ne se trouve pas que dans les pratiques terrestres anciennes. Cet art se trouverait également  dans les astres. C'est ce mixte entre pouvoir terrestre et pouvoir astral la vrai clés de cette magie. Ceux qui sont sensibles aux clés qui ouvrent l'archétype de sorcière peuvent apprendre à entrer dans ce royaume et en revenir avec la connaissance et l'inspiration nécessaires pour exprimer la magie de la sorcellerie sur terre. Le nom et l'imagerie de BAPHOMET, ainsi que les idées associées présentées seraient considérés comme représentant ces clés.  

 

10-Baphomet employé pour effrayer les chrétiens ?

Le mystère de l'origine et de la signification du nom "BAPHOMET" a donné lieu à de nombreuses spéculations. Comme indiqué ci-dessus, les premières références européennes au nom l'associaient aux croyances des adeptes de l'Islam. Cependant, il convient de noter qu'il était assez courant dans toute l'Europe, du Moyen-Âge au début des temps modernes, que les corruptions du nom de Mahomet soient utilisées comme synonymes du diable chrétien. En 1540, une Italienne était accusée d'adorer le diable sous le nom de Mauometto ("Mahomet"), qui apparaissait comme un bel homme vêtu de noir. Il se peut que l'utilisation d'un nom qui rappelait le prophète de l'Islam soit le symbole le plus effrayant auquel les persécuteurs des Templiers et, plus tard, des Sorcières aient pu penser pour engendrer la peur et la répugnance de ces groupes dans le cœur et l'esprit des chrétiens européens.  

 

11-D’autres interprétations connues de Baphomet :

Si le nom BAPHOMET est plus qu'une simple corruption de Mahomet, il a peut-être une autre signification qui n'apparaît qu'à ceux qui ont des connaissances plus ésotériques. Plusieurs suggestions ont été avancées, prétendant révéler la signification spirituelle du nom. Levi pense que le nom provient de l'inversion de l'abréviation TEM OHP AB -Templi omnium hominum pacis abbas- traduit par "Le père du temple de la paix universelle entre les hommes". Idries Shah prétend que BAPHOMET est dérivé du terme arabe -abufihamet- signifiant "père de l'intelligence" ou "père de la sagesse". C'est un terme utilisé pour désigner un maître soufi. En arabe, le terme "père" peut être considéré comme une source. Aleister Crowley et d'autres affirment que le nom vient des mots grecs Baph et Metis qui signifient "Baptême de la sagesse". Le magicien Peter Carrol interprète Baph-Metis comme "l'union avec la sagesse".

12-Baphomet, un ancien dieu Egyptien ?

Le magicien Eliphas Levi fait référence à BAPHOMET comme "la chèvre de Mendès". Mendès étant une ancienne cité égyptienne. Cela semble offrir une autre interprétation de l'identité de cette divinité. Le Dieu de Mendès est décrit comme étant une tète de bélier et non de chèvre. Cependant, un examen plus approfondi des images du Dieu de Mendès montre une créature qui porte QUATRE cornes sur sa tête, dont une paire ressemble beaucoup à des cornes de chèvre. Il est possible que l'animal représenté dans les anciens reliefs égyptiens soit un bélier de Jacob. Cette ancienne race de mouton peut avoir de multiples jeux de cornes. Vue de loin ou après la tonte, le bélier de Jacob peut facilement être confondue avec une chèvre. Cette erreur peut également être commise en observant les représentations égyptiennes anciennes du bélier de Mendès. Il pourrait être tentant d'écarter le lien entre le dieu de Mendès et le dieu des Templiers, car il n'y a qu'une ressemblance superficielle. A part la similitude de leurs noms. Il est facile d'imaginer que le nom du bélier de Mendès: BANEBDJEDET ( prononcé Ba-neb-Tetet) aurait pu devenir BAPHOMET.  

 

13-Baphomet, un cryptage Atbash ?

Une autre théorie affirme que lorsque BAPHOMET est interprété selon le "Atbash Cypher", il révèle une signification intérieure. Le cryptage Atbash est appliqué en remplaçant la première lettre de l'alphabet hébreu par la dernière, la deuxième lettre est également remplacée par l'avant-dernière et ainsi de suite. Le "code Atbash" a été appliqué pour la première fois au mystère de BAPHOMET par le Dr Hugh Schonfield, l'un des premiers chercheurs à avoir examiné les "manuscrits de la mer Morte". L'histoire des Templiers et de de Baphomet l'a alors très interressé. Surtout cette accusation comme quoi ils vénéraient l' idole. Schonfield pensait que les Templiers avaient peut-être utilisé le code Atbash. Il a donc traduit BAPHOMET en caractères hébreux et a ensuite appliqué le code. Le nom ainsi révélé était "SOPHIA". Un mot grec qui signifie à la fois sagesse et déesse de la sagesse.  

 

14-Baphomet, la sagesse de plusieurs cultures ?

Ainsi, BAPHOMET est identifié de l'arabe "Père de la Sagesse", à "METIS", en Grec, qui représentait la sagesse et à "SOPHIA", en Hébreu, la Déesse de la sagesse et au concept d'union. 3 langues différentes à des époques différentes qui signifie la Sagesse. L’utilisation masculins et féminins de la Sagesse s'inscrit dans l'image de BAPHOMET comme une entité androgyne. L'utilisation du mot "sagesse", avec ses connotations de sorcellerie, de magie et de noirceur, correspond aux associations hermétiques et sorcières de BAPHOMET. Ces "codes à plusieurs niveaux" sont typiques du genre de codes et de significations multiples dont les occultistes sont friands.  

 

15-Résumé de toutes ces interprétations :

Pendant l'ère des persécutions de la sorcellerie, le nom et l'image de BAPHOMET s'identifient fortement aux réjouissances sauvages du sabbat des sorcières. Les premières représentations du dieu des sorcières montrent souvent une créature humanoïde aux pieds griffés et à la tête d'oiseau. Cependant, au XVIIe siècle, les images du dieu des sorcières sabbatiques étaient beaucoup plus susceptibles de présenter la divinité familière à tête de chèvre. Quelle que soit l'origine de BAPHOMET et le lien qu'il y a avec la sorcellerie, cela a marqué la pensée collective. Et cela dure depuis des siècles. C'est ainsi que de nombreux étudiants en sciences occultes ont vu leur imagination stimulée par le nom de BAPHOMET.

Comme nous l'avons dit plus haut, nombre des réflexions d'Eliphas Levi sur BAPHOMET ont été synthétisées dans son dessin de la "Chèvre du Sabbat". L'occultiste anglais Aleister Crowley considérait "BAPHOMET" comme une forme du Dieu grec "PAN" et a adopté le nom "BAPHOMET" comme devise lorsqu'il a rejoint l'Ordo Templi Orientis (Ordre du Temple de l'Orient). Cet ordre quasi maçonnique revendiquait, ou du moins impliquait, des liens avec celui des Templiers d'origine. Parmi les autres occultistes qui ont touché à l'archétype du BAPHOMET, on peut citer l'auteur maçonnique du XIXe siècle Albert Pike et le "Pape noir" Anton Szandor LaVey. L'image de BAPHOMET a servi de modèle pour la carte du Diable dans les jeux de tarot. Il sert depuis les années 60 comme emblème du Satanisme Laveyen.

 

Conclusion :

L'Autel de Satan ( AdS ) s'est efforcé dans cet article à te rapporter nombres d'interprétations du Mythe Baphomet. Comme tu as pu le constater, il est très difficile de savoir de quelle culture vient cette divinité mythologique. C'est justement ce qui fait le charme de Baphomet. Il a traversé les cultures, traversé le temps, est toujours d'actualité. Il est sur qu'il évoluera encore bien après notre époque.

Le poème du mage Peter Carrol concluera parfaitement cet article: "Au cours de la première éternité, j'étais le Grand Esprit. Dans la seconde, les hommes m'ont connu comme le Dieu Cornu. Dans la troisième ère, j'étais le Ténébreux, le Diable. Dans le quatrième siècle, les hommes ne me connaissent pas, car je suis le Caché. Dans cette éternité, je me présente devant vous sous le nom de Baphomet. Le Dieu devant tous les dieux qui perdurera jusqu'à la fin de la Terre."    

 

REJOINS LA COMMUNAUTE DE L'AUTEL SATAN ICI

 

← Article précédent Article suivant →


Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant leur publication.